Dlareg Blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Cité de la gastronomie

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi, novembre 19 2014

Dans les rues de la Cité de la gastronomie, la publicité s'affiche

Le 19 juin 2013 la décision a été rendue : avec Paris-Rungis, Tours et Lyon, Dijon sera l’une des futures cités de la gastronomie française.

Plutôt que de ­choisir une ville parmi les 5 candidates (6 au départ), les ministères de la Culture et de ­l'Agriculture ont décidé d'en retenir 4, c'est-à-dire de n'en exclure qu'une seul, Beaune.

Voyons voir quels étaient les maires au moment de cette décision...

  • Lyon : depuis le 25 mars 2001, Gérard Collomb (PS)
  • Tours : de 1995 à 2014, non réélu depuis, Jean Germain (PS)
  • Rungis : depuis 2001, Raymond Charresson (DVD : divers droite) et Chevilly-Larue : de janvier 2003 à mai 2014, Christian Hervy (PCF)
  • Dijon : de mars 2001 à avril 2014, François Rebsamen (PS)
  • Beaune : depuis 1995, Alain Suguenot (UMP)

La seule exclusion est l'unique ville dirigée par un maire UMP. Bref.

En terme d'argent, les municipalités ont budgétisé :

  • Lyon :18 millions d'euros
  • Beaune : 20 millions d'euros
  • Tours : 32 millions d'euros
  • Rungis et Chevilly-Larue : 35 millions d'euros

Enfin, Dijon a évalué le budget de son projet à 54 millions d’euros. La Cité de la gastronomie dijonnaise sera financée en grande partie par des fonds privés. Heureusement car la dette par habitant, 1 200 euros, s'élève bien au-dessus de la moyenne nationale de 595 euros.
http://www.lefigaro.fr/culture/2013/01/18/03004-20130118ARTFIG00643-lyon-dijon-tours-designez-votre-cite-de-la-gastronomie.php

Le parc à thèmes de cette ville, dont les attractions sont basées sur la gastronomie, devrait prendre place d'ici à 2016 sur le site de l'ancien hôpital général : 24 000 m² de bâtiments sur un espace de 6,5 hectares. Des commerces, un SPA, un hôtel, un musée, un marché couvert (y en a pas à Dijon ?).
http://www.citedelagastronomie-dijon.fr/un-site-et-un-projet-exceptionnels.html

Dans la plaquette de présentation du concept de la Cité de la gastronomie faite par la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), on peut lire que : La Cité de la gastronomie – entièrement dédiée aux cultures culinaires de France et du monde – sera un lieu d’effervescence unique associant expérience ludique et rigueur scientifique. La Cité de la gastronomie associe exigence culturelle, vocation pédagogique et développement économique.

Un projet digne d'un Center Parc dans la forêt du Rousset en Saône et Loire !
http://www.vivre-a-chalon.com/lire_Center-Parcs-_-Pierre-et-vacances-se-positionne-en-Saone_et_Loire,2303ad9d842e8292086b3d3b35d127ea5b1fb9ca.html

Chaque ville aura sa spécificité. Lyon abordera la thématique associant nutrition et santé ; Paris-Rungis-Chevilly-Larue sera quant à lui pilote pour ce qui relève du développement et de l'animation des marchés, des produits et des enjeux liés à l'approvisionnement des centres urbains ; enfin, Tours sera un pôle moteur dans le domaine des sciences humaines et sociales.

La Cité de la gastronomie de Dijon constituera le pôle de référence pour la culture de la vigne et du vin. Quoi de plus normal ? La viticulture, on le sait, est le secteur d'activité dijonnais qui vient juste après la moutarde.

logo_cite_internationale_de_la_gastronomie_dijon.png

La petite fierté de Dijon, ce sont les 40 oups j'ai mal lu, les 4 restaurants étoilés qu'elle abrite. L'agglomération dijonnaise doit compter entre 6 et 7 McDonald's dont 3 intra muros.
http://www.citedelagastronomie-dijon.fr/

Le Centre des sciences du goût et de l'alimentation, le CSGA, pèse également dans la balance avec 400 chercheurs spécialistes du goût, de la santé et de l'agriculture. C'est une Unité Mixte de Recherche multipartenaire dédiée à l’étude de la perception des aliments et du comportement alimentaire. L’objectif général du CSGA est une meilleure compréhension des mécanismes physico-chimiques, moléculaires, cellulaires, comportementaux et psychologiques qui sous-tendent la perception sensorielle des nutriments. Les études vont de la libération des molécules à partir de l’aliment, au comportement du consommateur, en passant par les mécanismes biologiques à la base de la perception sensorielle.
http://www2.dijon.inra.fr/csga

Les différentes composantes du CSGA ont des relations fortes avec :

  • l’enseignement via AgroSup et l’Université de Bourgogne ;
  • le monde médical (IFR 100 « Santé-STIC » et CHU Dijon) ;
  • le monde industriel (Agroalimentaire et Pharmaceutique).

Mais qu'est ce qu'il raconte ? Je n'invente rien, c'est marqué là sur leur site, ni plus ni moins :
http://www2.dijon.inra.fr/csga/site_fr/centre_partenariat.php

Dijon est également très fière de l'alimentation des enfants. Avec 7000 repas par jour élaborés à la cuisine centrale de Dijon, les bambins découvrent la semaine du goût une fois dans l'année. Que devons-nous comprendre : ils ne mangent bien qu'une semaine dans l'année ? Le reste du temps, ça n'a pas de goût ? En tout cas, dans les écoles dijonnaises on est loin de manger bio et local toutes l'année, comme ça se fait déjà ailleurs par exemple à Barjac. À regarder : le documentaire "Nos enfants nous accuseront".

C'est la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA) qui a élaboré puis proposé la création de la Cité de la gastronomie. C'est une association loi 1901 dont la mission œuvre en faveur de la reconnaissance des patrimoines et des cultures alimentaires comme éléments importants de la diversité et de la créativité culturelles. La MFPCA est chargée de porter le dossier de candidature de la France en vue de l’inscription par l’UNESCO d’éléments de notre gastronomie sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Voici quelques membres du conseil d'administration :

  • Valérie Bignon : Directrice générale de la fondation Nestlé France
  • Stéphane Layani : Directeur général de Semmaris Rungis Marché International

http://www.repasgastronomiquedesfrancais.org/mission-francaise-du-patrimoine-des-cultures-alimentaires/

Et quelques partenaires :

  • France Farine
  • Semmaris Rungis
  • Fondation Nestlé France

http://www.repasgastronomiquedesfrancais.org/partenaires/

En attendant, à Dijon la publicité des ETN (Entreprises Transnationales) a le droit de cité, elle s'affiche joyeusement dans les rues et sur le site de la gastro comme des illuminations juste avant la grande fête.

http://citedelagastro-dijon.com/